À LA UNE

POL’n soutient le collectif inter-associations de Nantes

> A Nantes et ailleurs en France Page Facebook du collectifPour suivre la mobilisation au niveau national

Pol’n , collectif de 13 associations, est le témoin d’une précarisation croissante des associations ces dernières années. C’est pourquoi nous nous associons au collectif inter-associations de Nantes pour alerter les élus, les médias, le public. Le collectif est constitué de bénévoles, d’administrateurs et de salariés d’associations agissant dans le champ de l’éducation, de l’environnement, de la culture…

Nous nous sommes regroupés en collectif pour porter une parole et une action commune.

Nous dénonçons le gel immédiat des contrats aidés par le gouvernement, une mesure brutale sur le fond comme sur la forme. Le mépris des propos tenus sur l’utilité de ces contrats témoigne d’une méconnaissance de la vie des associations et des services proposés aux habitants dans un souci permanent de lien social.

Nous refusons la précarisation croissante du milieu associatif : mise en concurrence organisée via des appels à projets, baisse drastique des financements publics et de leur pérennité.

La suppression des contrats aidés entraîne la mort de nombreuses associations,  la disparition d’autres emplois et de nombreux services au public assurés par le monde associatif. Des financements à long terme sont nécessaires. Nous ne croyons pas à l’économie de moyens : tôt ou tard il faudra que l’État prenne ses responsabilités pour permettre le vivre ensemble.

Suite à l’annonce du gel des contrats aidés en 2017 et la diminution déjà annoncée en 2018, le collectif inter-associations demande au gouvernement et aux élus politiques :

– De rétablir les crédits alloués aux contrats aidés, afin d’organiser ensemble un temps de réflexion sur les implications de cette diminution de crédits ;

– De réaliser un état des lieux précis des employeurs qui bénéficient des contrats aidés, des effets dans le parcours d’insertion des personnes éloignées de l’emploi d’une part et dans l’action quotidienne des associations d’autre part afin de rectifier les contre vérités entendues ici ou là. Nous défendons aujourd’hui l’importance de l’action associative dans la vie sociale et de la cité ;

– De mettre en oeuvre une réflexion conjointe autour de l’évolution des contrats aidés, avec l’État, les collectivités et les acteurs associatifs. Cette réflexion posera également les questions des parcours de formation et d’insertion des bénéficiaires ;

– De lancer une grande concertation sur le fonctionnement des associations : emploi (contrats aidés ou non), financement, subvention.