Makiz’art

Makiz’art est un collectif. Un collectif rassemblé autour de quelque chose qui pourrait être le cinéma si on donnait au cinéma une forme vaste et malléable. Un cinéma qui serait engagé, fictionnel, documentaire, expérimental, animé; Un cinéma qui se pratiquerait, se réfléchirait, et se transmettrait.

Tout ça? Et dans un collectif de cinéma et de tout ça, il y aurait des photographes, des graphistes, des techniciens, des musiciens, des supers bricoleurs, des gens qui écrivent et d’autres qui dessinent, et puis ce ne serait pas tellement précis comme place, comme rôle, on glisserait sans crier gare de ça à autre chose. On se dirait quand même qu’on ferait ça bien et à coeur et en s’amusant. On partagerait nos pratiques entre nous, et avec d’autres (des gens qui nous ressemblent, mais aussi des gens qui ne nous ressemblent pas, très loin du cinéma, mais avec lesquels, par les moyens du cinéma, nous inventons quelque chose), on irait voir ailleurs si on y est, on s’exporterait. On inventerait des formes, on élaborerait des concepts, on ferait des films tout à coup… Et aussi plus longuement, en écrivant, tout seul, à plusieurs, en se faisant lire des bouts de textes, des essais, en se montrant des expérimentations peut-être parfois maladroites.

On se retrouverait autour de cette envie de faire, encore, de s’abstraire de l’utile et du comptant trébuchant, pour construire des territoires où l’on prend le temps, surtout, où l’on se pose des questions à plusieurs sans trouver nécessairement de réponse. Être là, debouts, solides, indépendants, avec des images et du son comme plan de résistance à tout ce qui pourrait nous enterrer vivant.