À LA UNE

FOCUS ASSO #3 Kraken

> Hébergée depuis 2015 > POL'n Kraken

L’association POL’n est co-gérée par 12 associations culturelles et artistiques qui possèdent toutes un espace de travail dans le lieu, au premier étage du 11 rue des Olivettes. De l’illustration au théâtre, ce sont grâce à toutes ces associations et les personnes qui les font vivre que POL’n fonctionne au quotidien. Elles s’engagent bénévolement pour accueillir les artistes qui se produisent à POL’n et participent à la vie associative.
Tous les mois, découvrez-en une au travers de cette interview focus !

POL’n : Pouvez-vous nous présenter votre association ? 

Kraken : On a monté une vidéo de présentation juste ici ! 

POL’n : Pourquoi avez-vous choisi POL’n comme espace de travail ? 

Kraken : Nous aspirions à un espace de réflexion, de création, et de rencontre avec le public, dans l’idée de développer une plateforme, et de rompre la sensation d’isolement. Nous voulions cristalliser notre créativité collective au sein d’un même lieu.

Rejoindre POL’n, pour Kraken c’était alors une évidence, nos deux structures partageant les mêmes valeurs. Notre fonctionnement est structuré autour d’une mutualisation et d’une transmission des pratiques, des savoirs et des outils, des prises de décisions en collégiale qui permet à chacun de s’investir et d’être force de proposition.C’était aussi une recherche d’une organisation alternative aux institutions du secteur culturel.

POL’n : Quel sens ça a pour vous de continuer à vous engager dans POL’n ? 

Kraken : Parce que c’est un lieu de vie, qu’il y a du passage, du brassage et qu’il y a encore du monde à rencontrer.
Parce qu’il continue de s’y passer pleins de choses et qu’on a encore des propositions à faire.
Parce que la réflexion sur les communs est toujours d’actualité, elle se pense et repense en permanence.
Et puis parce qu’on s’y sent bien !

POL’n : Un mot de fin ?

Kraken : Le vieux monstre dirait :
Quand le vent est dans le bon sens quand on est à vélo, le Koala Rieur et le Kangourou Enrhumé Néerlandais regardent un feu follet pétillant sous l’eau froide en prenant l’apéro au coucher de soleil au bord de la mer Noire. Mais un tremblement de terre lors de l’ascension du mont Sinaï par la face Nord provoque des connexions multiples aux jeunes pousses aux milles pétales, au léopard gris ainsi qu’à l’arbre à thé.